lundi 15 avril 2013

Les Français "d'origine asiatique" et le racisme français

Leur situation n'est sans doute pas plus à envier que celle des descendants d'Africains, contrairement à ce que les stéréotypes du type: "eux, au moins, ils travaillent", pourraient faire croire.

J'ai rarement (pour ne pas dire jamais) entendu de remarque ou commentaire les présentant comme des Français à part entière.

J'ai souvent entendu des jeunes parler de "Chinetocs". Et des vieux aussi. 

J'ai relevé la chose une fois quand elle venait de la part d'un ado qui, lui-même, se sentait rejeté à cause de ses origines turques. Je lui ai demandé s'il était un "Turtoc", lui. ça a fait rire tout le monde et je pense que tout le monde a compris.

Le problème dans notre cher pays, c'est qu'on ne VEUT PAS écouter ce que les "autres" (sous-entendu les "non-blancs", mais ça on ne veut pas le savoir non plus) ont à dire. Car ils en ont des choses à dire. Mais dès qu'ils ouvrent la bouche, ah non, ça hein non, on ne va quand même pas se faire traiter de racistes dans notre propre pays, non mais dites donc !

Pourtant, c'est bien ça le problème. Si on savait ranger notre arrogance (raciale mais qui se cache) et écouter les autres, les choses iraient mieux. 

Les problèmes (les vrais, pas "l'immigration" bouc émissaire éternel) seraient mis à plat. Les spécialistes du cri d'orfraie "non à la repentance" seraient patients et attendraient d'entendre les choses avant de hurler. 

L'histoire de notre pays serait dite telle qu'elle est et était et cela faciliterait la compréhension des enjeux actuels. Mais nous ne sommes pas prêts, parce nous sommes un peuple qui s'est forgé sur le racisme. Il faut que nous retournions à nos racines pour le comprendre. Mais notre arrogance sans borne (sans doute la pire au monde, celle du coq sur son tas de fumier) nous rend aveugle à qui nous sommes vraiment. 

Dommage, nous pourrions être mieux.

20 commentaires:

  1. Je suis stupéfaite, en vous lisant, de constater à quel point vous partez du principe qu'une société multiraciale est souhaitable! Oh, certes, vous allez évacuer le problème en clamant qu'il n'y a pas de races... ce qui est curieux, c'est que les couples blancs font des petits blancs, les couples noirs des petits noirs etc... or s'il n'y en avait pas ils devraient, statistiquement, n'en avoir un de même teinte qu'une fois sur trois, puisque le terme de race désigne un ensemble de caractéristiques héréditaires - un peu comme les portées de chats européens, où on trouve souvent des chatons de toutes couleurs et pelages.

    Mais passons. Imaginez que vous ayiez la gestion d'une communauté, et qu'une minorité de nouveaux-venus soit très mal accueillie, même des années après, par la majorité résidente. Qu'allez-vous faire? Prier la minorité de partir, même s'ils n'ont rien fait de mal, ou légiférer pour obliger la majorité à les accepter?

    Nous gouvernants ont choisi la seconde et c'est pour cela que tout va mal. Environ 70% des populations des pays européens sont violemment xénophobes contre les non-Blancs : pourquoi croyez-vous qu'on n'a pas de référendums sur l'immigration, ou même sur la peine de mort ou la vitesse sur les autoroutes? Parce que les projets irénistes de nos gouvernants se verraient massivement rejetés! Alors vous pouvez clamer tant que vous voudrez que les races n'existent pas, les gens n'en démordront pas parce qu'ils voient bien, eux, qu'un couple de Maghrébins ça ne fait pas des petits Blancs, mais des petits bronzés crépus que, je le répète, au moins 70% de la population s'accorde à trouver désagréable. Il est là, le malaise : dans cette société "multiculturelle" - je vais éviter "multiraciale" par égard pour vous - à laquelle seule une minorité croit, et qui ne prend pas, nulle part, alors qu'en cas d'immigration intra-européenne tout s'arrange en une génération.

    C'est ainsi et il faudra bien se rendre à l'évidence un jour, et recourir au séparatisme racial pour que tout rentre dans l'ordre. Votre négation des races, dans ce cadre précis, équivaut ni plus ni moins à une négation de la réalité - je vous le dis sans colère, sans acrimonie.

    RépondreSupprimer
  2. Je pars du principe que le racisme est destructeur et non-souhaitable.

    Vos propos montrent clairement que vous croyez que la couleur de la peau (et encore celle que les racistes ont déterminée comme étant des couleurs) détermine la "race". Vous n'êtes apparemment pas au courant (pourtant cela se voit comme le nez au milieu de la figure) que personne n'est "blanc", "jaune", "noir" ou "rouge". Ce sont des concepts et pas des couleurs de peau.

    Vous restez coincée dans une vision reproductrice assez amusante, ma foi, de la "race". Les blancs ça fait des blancs, les noirs des noirs, c'est marrant, mais ce n'est pas ça la réalité.

    Vous avez une vision des choses, j'en ai une autre. Les Européens ne se sont pas posé la question de la multiculturalité quand ceux d'entre eux qui participaient par leurs déplacements à l'expansion européenne dans le monde, sont allés faire des enfants de gré et le plus souvent de force avec des femmes (car la plupart étaient des hommes, la femme dite "blanche" devant rester la reproductice de la même "race" dite "blanche") africaines, améridiennes ou autres. Le multiculturalisme ne date pas d'aujourd'hui, c'est la marque même de l'humanité.

    "C'est ainsi", cette sentence que vous pensez bien assenée, parce que vous la dites avec conviction, n'est pas l'avenir. Ce sont les Européens eux-mêmes qui pendant les siècles récents sont allés distribuer leurs allèles un peu partout, mais les autres doivent maintenant se "séparer". C'est un peu fort, non ?!!

    Je nie les races parce qu'elles n'existent pas. Vous pouvez y croire, mais ça ne les rend pas réelles. ça vous rassure peut-être, mais cela n'en fait pas un fait biologique.

    RépondreSupprimer
  3. Si "tout va mal", Pauline, c'est pour cela: "Environ 70% des populations des pays européens sont violemment xénophobes contre les non-Blancs", et pas pour autre chose. C'est amusant quand même d'affirmer haut et fort la xénophobie (mêlée de racisme) des populations, et en même temps d'essayer de démontrer que ce serait la faute des "autres".

    Ce n'est pas la faute des autres si des gens sont racistes et xénophobes. Depuis quand la simple existence des "autres" doit rendre les uns "malades" de xénophobie et racisme ? Il doivent se faire soigner alors ! Ce n'est pas aux "autres" de disparaître pour que ces messieurs-dames se sentent soudainement mieux, libérés d'être "entre blancs". Ils n'existent comme "blancs" que dans leur opposition aux autres ! Ils seraient bien malheureux sans ces autres ! Comment seraient-ils "blancs" ?

    D'ailleurs, le fait que ceux qui se disent "blancs" (et l'affirment par leur attitude) recherchent toujours les "autres" pour les insulter, les envahir, les conquérir, etc, est bien un symptôme de cette maladie, la "blanchitude"... Cette attitude qui consiste à retourner les faits est typique, effectivement. "C'est pas moi qui suis raciste, c'est eux qui existent" !!! Oui, et en plus, "ils" sont largement majoritaires sur cette planète bien minuscule dans cet univers... ce qui rend cette attitude encore plus stupide et mesquine...

    S'il y a aujourd'hui des habitants d'autres origines en Europe, un/ cela ne date pas d'hier, loin de là, deux/ c'est bien parce qu'on les y a fait venir. Alors ce n'est pas à eux qu'il faut le reprocher. Encore moins le racisme et la xénophobie, dont ils sont victimes et pas créateurs.

    RépondreSupprimer
  4. Merci Cornlia pour vos longues réponses, auxquelles je vais m’efforcer de répondre de la manière la plus synthétique possible.

    Vous écrivez « Les blancs ça fait des blancs, les noirs des noirs, c'est marrant, mais ce n'est pas ça la réalité » Ah bon ? Les couples blancs font régulièrement des petits noirs et les couples noirs des petits blancs ? Ils doivent bien se cacher alors!

    Vous dites également « Si "tout va mal", Pauline, c'est pour cela: "Environ 70% des populations des pays européens sont violemment xénophobes contre les non-Blancs", et pas pour autre chose. C'est amusant quand même d'affirmer haut et fort la xénophobie (mêlée de racisme) des populations, et en même temps d'essayer de démontrer que ce serait la faute des "autres". » Evidemment que c’est de leur faute ! Qui insulte, vole, viole et dégrade ? Les Noirs et les Maghrébins qui, pour respectivement 3,64 et 10,23% de la population française, représentent 80% des délinquants – on le sait depuis l’emblématique « affaire Zemmour », où comme dans l’Ancienne Egypte on a préféré s’en prendre au porteur de mauvaise nouvelle qu’au problème, et ce chroniqueur radio s’est retrouvé condamné pour avoir juste cité un chiffre officiel! Mais je m’éloigne du problème. Je veux juste vous expliquer le ressenti des populations autochtones. Quand notre ministre de la francophonie, Yamina Benguigui, déclare dans le magazine Courriers Cadres du 21 octobre 2004 « A qualité égale, priorité au Beur puisqu’il a eu plus d’obstacles à franchir qu’un Blanc de souche » c’est certes vrai dans l’absolu, mais voulez-vous m’expliquer où est la fameux « enrichissement » apporté par l’immigration ?



    «Ce n'est pas la faute des autres si des gens sont racistes et xénophobes. Depuis quand la simple existence des "autres" doit rendre les uns "malades" de xénophobie et racisme ? Il doivent se faire soigner alors ! » Ce n’est pas leur existence, c’est leur comportement. Quand vous avez, dans un immeuble, une famille africaine dont les femmes font mijoter dès 8 heures du matin, et à longueur de journée, des tambouilles grasses et épicées qui empuantissent les escaliers, croyez-moi qu’on n’a qu’une hâte, c’est de s’en débarrasser. Cet « apport culturel »-là on s’en passe très bien, et on n’a nulle envie de « se faire soigner » : où est écrit que nous, Françaises et Français de souche, avons le devoir moral d’accepter des coutumes qui nous déplaisent ?


    RépondreSupprimer
  5. « Ce n'est pas aux "autres" de disparaître pour que ces messieurs-dames se sentent soudainement mieux, libérés d'être "entre blancs". Ils n'existent comme "blancs" que dans leur opposition aux autres ! Ils seraient bien malheureux sans ces autres ! Comment seraient-ils "blancs" : être Blanc est un état; un continent riche et peuplé comme l’Europe était un monde dans le monde et se suffisait fort bien à lui même, sans nul besoin de pollution étrangère. Nous valons autant que les autres et nous sommes assez nombreux pour nous passer d’eux, et pour celles que l’"imperméabilité culturelle" effraie, le monde blanc européen est suffisamment divers pour produire de nombreux échanges enrichissants sur tous les points.



    « S'il y a aujourd'hui des habitants d'autres origines en Europe, un/ cela ne date pas d'hier, loin de là, deux/ c'est bien parce qu'on les y a fait venir ». Justement. « on » désigne un minorité, quelques patrons en mal de main d’œuvre docile, et quelques théoriciens cinglés de l’Ecole de Francfort ou de la PanEurope de Coudenhove-Kalergi, qui ne sont en aucune manière représentatif des aspirations profondes des peuples européens.


    « Alors ce n'est pas à eux qu'il faut le reprocher » tout à fait d’accord, ils ont été instrumentalisés par ceux que je viens de citer, avec des conséquence dramatiques pour certains, comme par exemple la réapparition du rachitisme chez les Noirs immigrés dans les pays nordiques au nom du « vivre ensemble » : leur peau fait barrière aux rares rayons solaires de ces contrées et empêche la synthèse de la vitamine D , processus indispensable à la croissance .


    « D'ailleurs, le fait que ceux qui se disent "blancs" (et l'affirment par leur attitude) recherchent toujours les "autres" pour les insulter, les envahir, les conquérir, etc, est bien un symptôme de cette maladie, la "blanchitude" » voila identifiée la source de tous les maux : le Blanc. Merci d’avoir livré le fond de votre pensée : la race blanche est mentalement malade, elle doit être soignée et la thérapie utilisée est une immigration massive pour la rééduquer, assortie d’une promotion massive du métissage afin de la diluer dans les peuples dits « de couleur » pour que ses gènes mauvais, qui la pousse à « rechercher toujours les "autres" pour les insulter, les envahir, les conquérir » finissent par s’étioler. Nous, Blancs, devons donc remercier tous ces immigrés de venir nous sauver de nous-même, de notre méchanceté intrinsèque, et abandonner notre culture de violence pour adopter les leurs, infiniment plus douces et humaines.

    RépondreSupprimer
  6. « Encore moins le racisme et la xénophobie, dont ils sont victimes et pas créateurs » Si, ils sont créateurs par leur comportement, même si les associations antiracistes prétendent qu’ils sont devenus délinquants parce que les peuples autochtones les ont mal accueillis. C’est comme dans une guerre, au bout d’un moment on ne sait plus qui a commencé, pourtant il faut bien arrêter, faire la paix et rentrer chacun chez soi. Là c’est pareil. Cessez de vous voiler la face : très peu de gens, quelle que soit leur origine, ont envie de vivre avec d’autres. Ils n’aspirent qu’à être avec leurs semblables. Il est temps que cette mascarade cesse et que chaque race retrouve sa terre, les sociétés multiraciales actuelles créent beaucoup plus d’inconvénients que d’avantages. Comment voulez-vous qu’on arrive à cohabiter harmonieusement avec une Taubira qui fait dépenser 8.000.000 d’Euros pour un mémorial commémorant l’esclavage à Nantes ? Pensez-vous que ce soit là une base saine pour « vivre ensemble » que de rappeler quotidiennement à l’un que les ancêtres de l’autre ont maltraité les siens ?

    Synthétisons maintenant; je remarque que vous avez employé à deux reprise des termes curatifs : selon vous, la xénophobie est une maladie mentale, elle n’a pas de raison d’être, et ceux qui la professent doivent être soignés. Le terme xénophobie signifiant « peur de l’étranger » il est souvent connoté à « peur de l’inconnu », donc de la nouveauté, et associé à la bêtise ou à la frilosité intellectuelle. Mais, lorsqu’une Blanche toute seule change de trottoir parce qu’en face d’elle arrive une bande de Noirs ou de Maghrébins braillards, est-ce par « peur de l’inconnu » ou par « peur du TROP connu » ? Parce qu’elle sait qu’elle va très certainement AU MOINS essuyer une réflexion désobligeante ? Mais cela fait partie de la thérapie je suppose, cette douleur est nécessaire ?

    Au final, votre obstination à nier l’existence des races ressemble fort à une pirouette rhétorique : s’il n’y a pas de races, il n’y a pas de sociétés multiraciales, donc pas de délinquance ethnique. Il y a des délinquants et des victimes, point. Le fait que 80% desdits délinquants soient sombres de peau et crépus de chevelure n’a pas plus à être pris en compte que s’il s’agissait de vêtements : faire des statistiques sur l’origine ethnique devient de ce fait aussi absurde que d’en faire sur les habits que portent les gens, et le tour est joué… sauf en ce qui concerne l’ennemi déclaré, pardon le patient à soigner : le Blanc. Mais comment va-t-on l’identifier s’il n’y a pas de races, au fait ? Ah mais ! Suis-je bête : c’est celui qui se plaint de l’immigration et de son cortège d « incivilités » comme on dit, c’est LUI le coupable ! L’ingrat qui refuse les bienfaits des tam-tams à quatre heures du matin et des insultes « sale céfran » dans le métro quand il va au boulot marner pour payer les allocs et le RSA de ceux qui l’injurient, le culpabilisent et accessoirement le détroussent!

    Ne voyez, je vous en conjure, nulle agressivité à votre encontre dans le paragraphe ci-dessus: je veux simplement vous faire éprouver ce que nous, Blancs et Français de souche, ressentons face à une situation qui a été imposé à nos parents, et qui nous l'est maintenant avec une amplitude intensifiée. Libre à vous d'y voir une "attitude encore plus stupide et mesquine", mais je ne suis pas chrétienne, et ne veux pas voir ma vie hypothéquée par les "péchés des pères" dont je devrais aujourd'hui endosser la responsabilité. La décolonisation a eu lieu, leurs pays leur ont été rendus, qu'il y restent et tout ira bien dès lors que mes congénères cesseront aussi d'aller y faire du tourisme.

    RépondreSupprimer
  7. Pauline, vos commentaires sont très intéressants car très révélateurs d'un état d'esprit.

    Apparemment vous n'avez jamais mangé de cuisine africaine, vous sauriez qu'elle est très variée et savoureuse.

    Pour le reste, votre discours est entendu, rabaché, remâché. Totalement idéologique et pas du tout libre et individuel.

    Le plus intéressant étant l'accusation de viol envers les Noirs et Maghrébins ! On se demande donc pourquoi il y a tant de ce qu'on nomme "métisses" aux Amériques. Ce sont sans doute les esclaves qui sautaient sur les pauvres "blanches" (pourtant il y en avait si peu, comment auraient-elles pu faire autant d'enfants) à longueur d'année, de siècle de servitude ?

    C'est amusant quand même d'être capable de reconnaître de tels agissements, mais jamais chez ceux qui s'en sont rendus majoritairement et planétairement coupables. On ne le leur reprocherait pas s'ils le reconnaissaient. Mais c'est le contraire qui se passe. Dès qu'on parle d'histoire, de faits, on nous renvoie: "et eux alors ?"

    Vous êtes xénophobe et raciste (parce que vous croyez aux "races"), c'est votre droit. Vous ne connaissez pas les gens dont vous parlez, mais vous croyez en être une experte. C'est pourtant intéressant de voir avec quelle lucidité vous vous permettez d'interpréter ce que "je" pense...

    S'ils se retrouvent majoritairement en prison, c'est pour les mêmes raisons que les Afro-Américains aux US (d'ailleurs les discours sont les mêmes alors qu'eux sont Américains depuis bien plus longtemps que la plupart de leur compatriotes): on les condamnent à des peines de prison bien plus importantes que d'autres, pour les mêmes délits ou des délits moindres. Cela devient d'ailleurs un tel problème que les autorités sont en train d'étudier la chose.

    Finalement, Pauline, nous ne nous entendrons pas parce que vous êtes raciste (vous croyez aux "races") et je ne le suis pas.

    Il ne s'agit pas d'obstination de ma part mais d'une simple observation personnelle confirmée -depuis longtemps !- par des études et conclusions de scientifiques allant des anthropologues, sociologues aux généticiens en passant par les dermatologues: les "races" n'ont été pensées par Blumenbach, Buffon et les premiers naturalistes que comme des moyens commodes de classer les groupes humains.

    Plusieurs d'entre eux (dont Blumenbach dès le départ) ont bien insisté sur le fait que ces classifications n'avaient pas de lien avec le caractère ou le comportement des humains observés. Ce sont des philosophes tels que Voltaire, Kant ou Hegel qui ont dévelopé des théories idéologiques raciales à leur suite, qui ont été exploitées pendant la Traite transatlantique et la colonisation pour justifier les exactions commises.

    Si vous savez vous-même mieux que les créateurs de ce concept... je vous laisse à vos élucubrations.

    Comme disait Ahsley Montagu: "le concept de race est une omelette". Je vous laisse méditer ces bonnes paroles:

    "The process of averaging the characters of a given group, knocking the individuals together, giving them a good stirring, and then serving the resulting omelet as a "race" is essentially the anthropological process of race-making".

    S'il y avait des "races", Pauline, nous penserions la même chose, agirions de la même manière.

    Or politiquement et humainement parlant, nous sommes des adversaires. Je combattrai votre mode de pensée jusqu'à la fin de mes jours. Sans aggressivité non plus, mais avec détermination, parce que vous vous trompez.

    Par ailleurs, vous ne représentez pas le "ressenti" des "Blancs et Français de souche". C'est le problème des gens qui pensent comme vous: vous croyez posséder notre culture commune ! Et cela je ne l'apprécie pas du tout...

    RépondreSupprimer
  8. Juste un point: c'est le racisme qui peut être perçu comme une maladie mentale, pas la xénophobie.

    Le racisme est la création d'un groupe humain qui s'est érigé comme "supérieur". Cela est un symptôme de trouble mental lié à une obsession narcissique.

    Il peut devenir la maladie d'autres groupes pour les mêmes raisons.

    Je pense aussi que le racisme a des éléments de religion. Mais je suis seulement en train d'explorer la chose.

    Il est à multiples facettes, car il inclut la prise en compte fallacieuse de nombreuses choses (d'où l'idée "d'omelette d'Ashley Montagu), en commençant par une symbolisation simpliste par la supposée "couleur" de la peau.

    Or les quatre "races", "blanc", '"noir' "jaune", "rouge" qui résultent de l'objectification des groupes humains définis par les premiers taxonomistes ne correspondent en rien aux véritables couleurs des peaux des humains concernés. La grande majorité des humains se situe entre le brun clair et le brun foncé.

    RépondreSupprimer
  9. Ce n'est pas de la qualité de la cuisine africaine que je parlais, mais de ses conditions de cuisson! Comme écrivait en 2004 Jared Taylor dans "Le mythe de la diversité" : "Lorsqu'on examine les avantages réels de la diversité ethnique, on n'en trouve généralement qu'un seul auquel les gens soient sensibles: l'existence de bons restaurants exotiques"

    "vous ne représentez pas le "ressenti" des "Blancs et Français de souche" me dites-vous avec justesse, puisque plus haut vous avez reconnu le chiffre de 70%. Savez-vous qu'il y a environ 1 personne sur 5 qui a développé un tel sentiment anti-maghrébin que le simple mot "arabe", accolé par exemple à "culture" ou "musique", provoque chez eux une réaction de rejet viscérale? Eh oui, nous en sommes là, la nation "arc-en-ciel" est une fantasmagorie comme le démontre l'exemple de l'Afrique du Sud.

    Mais brisons là puisque tel est votre désir. Je laisse toutefois une paire de liens, une sur la véridicité de l'existence de trois grand'races où vous verrez que c'est TRES loin de se limiter à la couleur ( http://aryansisterhood.wordpress.com/2012/09/19/les-races-humaines/ ) et un autre sur la VERITABLE définition du racisme ( http://aryansisterhood.wordpress.com/2012/09/19/quest-ce-que-le-racisme/ ) où les lecteurs apprendront qu'il est tout le contraire de la xénophobie.

    RépondreSupprimer
  10. Je ne vois pas en quoi la cuisine africaine en cours de cuisine sentirait plus mauvais que la française !

    Je n'ai reconnu aucun chiffre, Pauline, je ne connais pas vos sources.

    Vous êtes en train de décrire la haine et le racisme viscérale des xénophones et racistes, c'est quand même amusant ça !

    Ouh, mais je sais bien que les "races" ne se limitent pas à la couleur. Sauf que leur "vérité" (un terme religieux et pas scientifique) n'existe que dans la tête de ceux qui y croient.

    Je ne fais pas partie de ceux et celles qui pensent que le repli sur soi soit viable. Il est contraire au principe même de la vie qui exige le mélange.

    Merci pour cette échange cordial en tous cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. quelle honteuse propagande métisseuse, vous êtes allée à l'école de la république maçonnique, vous !

      Supprimer
    2. Vous êtes rigolo(te) vous, c'est mon blog, non ?

      Il n'y a rien d'honteux à ne pas être raciste, au contraire.

      Oui, c'est de la propagande, il faut bien qu'il y en ait face la propagande raciste. Pourtant vous ne trouvez pas ça honteux, vous, de faire de la propagande !

      métisseuse !!! hahaha, on ne me l'avait jamais faite, celle-là !

      ce n'est CERTAINEMENT pas à l'école de la république, "maçonnique", en plus, que j'aurais appris ce que je sais et diffuse ici ! C'est bien le dernier des endroits pour ce faire !

      Supprimer
  11. C'est moi qui vous remercie d'avoir eu l'honnêteté intellectuelle de laisser mes messages et de dialoguer sereinement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec Pauline !

      Supprimer
    2. Il faudrait peut-être savoir ce que vous voulez, alors !

      Supprimer
    3. On va plutôt dire ce qu'on ne veut PAS, ça ira plus vite: des bronzés, des crépus et des nez-crochus sur le sol français, tout simplement! C'est la meilleure façon d'en finir une bonne fois pour toutes avec les "tensions raciales"!

      Supprimer
  12. Leyla vous n'aviez pas besoin de préciser, on avait bien compris que vous êtes raciste. Mais comme tous les racistes de base, vous adorez mépriser et caricaturer les autres. Pour moi c'est révélateur d'un problème que vous avez.

    Votre vision des choses nie totalement l'histoire de la France.

    RépondreSupprimer
  13. Indochina John, je ne publierai pas votre commentaire, qui n'apporte pas grand chose au sujet, et ne fait que montrer une confusion que je préfère vous proposer de ne pas exhiber ici. Vous pourriez en avoir honte. Me traiter de "bonne soeur" m'a bien fait rigoler.

    Je publie simplement votre conclusion qui me donne un bien grand rôle haha ! A force de vouloir faire des grandes phrases sans queue ni tête, vous en venez à me prêter des capacités transformatrices que je n'ai sans doute pas, mais si vous le dites !

    "Cornelia vous nous conduisez à des massacres car au lieu de conforter la fierté noire face à l'hégémonie incontestable des blancs , vous l'aneantissez en la condamnant à disparaître dans le melting-pot de vos rêves pathologiques ..."

    Sinon, pour info, les

    "remplacistes (sic) qui nous amènent tout droit à la guerre (précisément raciale) qui sera à la fois "artisanale" et primitive et nucléaire"

    ne peuvent être que les gens qui se prennent pour des "blancs" (groupe dont vous semblez être fier de faire partie), car les "autres" se sont bien gardés de développer le dit-"nucléaire", qui est une technologie mortifère propre justement aux sociétés dont les "leaders" se prennent pour des dieux, et prennent, par leur arrogance sans limite, le risque de détruire l'humanité toute entière. Ce ne sont certainement pas celles et ceux qui sont classifiés comme "non-blancs" qui vont nous mener à cette guerre.

    RépondreSupprimer
  14. Cornelia toujours pas trace de mes réponses sur votre blog ... il semble que l'antiraciste avale donc la honte avec une facilité déconcertante !

    Pour une fois que vous aviez en face un véritable raciste revendiqué et fier de l'être ... votre fuite en rase campagne est le colossal aveu de votre défaite intellectuelle .

    Non seulement le raciste n'est pas un primitif mais il vous bat à plate couture tant sur le plan de la sémantique que de l'analyse conceptuelle ... aller chercher dans un dictionnaire si vous ne comprenez pas tout !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Indochine John ne doit pas savoir lire. Ceci est mon blog et j'y fais ce que je veux.
      Si vous voulez voir des discussions, il vous suffit de regarder plus haut.

      Je retire tout ce qui est insultant (pour moi et pour les autres et ne relève pas du débat d'idées) et donc propre au comportement des racistes. Si vous n'êtes pas content vous n'avez qu'à aller voir ailleurs. Je ne perds pas mon temps avec des ploucs qui se prennent pour des dieu.

      Supprimer